La batterie, un élément indispensable à toute sorte de véhicules

Batterie-1Avant toute chose, il est capital de préciser que la durée de vie de votre batterie dépend essentiellement de l’état de votre système de charge. En effet, si ce dernier est en bon état, il pourra assurer une charge correcte et continue. Dans le cas contraire, la batterie risque d’être rapidement usée et inutilisable. Savez-vous comment tester une batterie ? La connaissance de cette technique peut vous être utilisée dans certains cas. En effet, le test vous renseignera sur l’état actuel de cet équipement et de l’alternateur. De ce fait, en cas de problème électrique, avant de décider de jeter une batterie, il est conseillé de la tester afin de connaitre si le problème provient de cette dernière ou du système de charge.

Comment faire pour procéder au test ?

Avant toute chose, il est fortement conseillé d’enlever tous les objets métalliques tels que les gourmettes et les bagues. En effet, vous êtes sur le point de toucher au système de charge de la voiture. Ces éléments conducteurs de courant risquent de provoquer un court-circuit dangereux s’ils entrent en contact avec les bornes « moins et plus » de la batterie. Pour réussir le test, il vous faut un tournevis, des câbles de démarrage et un voltmètre ou un multimètre.

Les différentes étapes à suivre

Le voltmètre sert principalement à connaitre le niveau de charge de la batterie. Allumez l’appareil et mettez-le en mode « courant continu » (en position 20 V). Ensuite, il faut brancher respectivement le câble rouge et le câble noir à la borne « plus » et à la borne « moins » de la batterie. Mettez le moteur en marche et accélérez jusqu’à ce que le compteur de tours affiche 2 000 Tours par minutes. À cet instant, la tension affichée doit être supérieure à 13.2 Volts. Si cette dernière n’atteint pas ce voltage ou si elle dépasse les 15 V, le problème provient probablement du système de charge (régulateur de tension ou alternateur).

Le chauffage au bois, de nouveau sur le marché

Chauffage-2

Dans la majeure partie des constructions actuelles, l’eau qui est distribuée à travers la maison est chauffée grâce à la chaudière. C’est aussi ce système qui permet d’alimenter les radiateurs et les planchers chauffants. De nos jours, on distingue 4 principaux types de bois de chauffage pour les 4 différentes sortes de chaudières. En premier lieu, on distingue notamment les plaquettes. Ensuite, on retrouve la bûche classique. Enfin, on distingue les bûchettes reconstituées et les granulés. Ces combustibles possèdent chacun, leurs points forts et leurs points faibles. C’est principalement pour cette raison que le choix appartient entièrement au consommateur.

Pourquoi faut-il préférer le bois de chauffage aux autres types de combustibles ?

Le principal atout du bois de chauffage réside dans le fait que son prix n’est pas très élevé. En effet, parmi les combustibles présents sur le marché actuel, ce matériau est, sans aucun doute, le moins cher. D’après les études menées par les chercheurs, la facture d’un foyer, qui utilise un chauffage au gaz ou au fioul, est supérieure à celle équipée d’un chauffage au bois. En outre, si vous habitez une région forestière, ou si votre domicile est situé à proximité d’une forêt, l’utilisation de type de chauffage est fortement recommandée, car le prix y est généralement moins cher. Par ailleurs, de nombreuses personnes s’imaginent (en voyant le prix d’une chaudière à bois qui est trois supérieurs à celui d’une chaudière à gaz) que ce genre d’installation est plus coûteuse. Néanmoins, le crédit d’impôt permet de compenser cette différence des prix. Vous pouvez réaliser des économies allant jusqu’à 35 % de la valeur de la chaudière.

La chaudière, un appareil écologique

Il est vrai que toute réaction de combustion émet une quantité plus ou moins importante de CO2. Cependant, étant donné que le bois, à l’état d’arbre, absorbe du CO2 et rejette de l’oxygène, on peut dire que l’utilisation d’un chauffage au bois est écologique.

Le monte-charge : l’appareil par excellence pour transporter des marchandises

Avant tout, un monte-charge n’est pas un ascenseur étant donné que son mode de fonctionnement n’est pas régi par la loi de Robien. Par définition, un monte-charge désigne un appareil qui sert à transporter ou à acheminer des objets ou des marchandises d’un niveau à l’autre. Il est à noter qu’il est interdit aux personnes de prendre un monte-chargeshutterstock_57270217-1375822813, un être humain ne doit en aucun cas monter et/ou descendre à l’intérieur de ce dispositif. En général, un monte-charge peut soulever des objets allant jusqu’à deux tonnes de poids. Il peut également desservir de nombreux niveaux d’étages. Un autre point qui différencie cet appareil d’un ascenseur privatif est qu’il est idéal pour les entrepôts et les magasins. En d’autre termes, un monte-charge est utilisé dans le milieu professionnel tandis qu’on a recours à un ascenseur privatif à domicile afin d’assurer une meilleure mobilité chez soi.

Un monte-charge, pour se libérer du poids des charges   

En effet, l’atout majeur de l’installation d’un monte-charge est de permettre de se libérer du poids des charges. Avec un monte-charge, il n’est plus nécessaire d’avoir recours à des mains d’œuvre pour monter ou descendre des objets et des marchandises. Vous possédez un entrepôt de stockage ou travaillez dans ce domaine, alors, n’hésitez pas à investir sur un monte-charge, vous verrez que votre quotidien s’améliorera progressivement. Pour ce faire, il suffit tout simplement de faire appel à des entreprises spécialisées en accessibilité. En en guise d’exemple, citons la société « 3MC », un établissement figurant parmi les leaders de la fabrication de monte-charge, d’ascenseur privatif, de plateforme, etc.

La maintenance et l’entretien d’un monte-charge

Effectivement, la maintenance et l’entretien d’un monte-charge doit être effectué par des experts en la matière. Cette maintenance tient une importance capitale étant donné que celle-ci constitue la clef pour garder la sécurité à un niveau optimum.

Besoin de soins d’urgences ? Contactez l’ambulance !

Autrefois, les malades étaient transportés par des civières pour aller à l’hôpital le plus proche de son village. La révolution de nos façons de vivre nous a permis de concevoir aujourd’hui des moyens de transport par des véhicules motorisés, ce que nous appelons les ambulances. Cependant, les modes de transports se diffèrent selon l’état de santé des malades : les VSL assurent le transport assis, tandis que les ambulances espacées sont destinées pour les patients qui ne peuvent plus se remettre sur ses deux pieds.

Les essentiels à savoir sur le transport couchéshutterstock_27174217-1324284972

Le transport des patients est un métier très délicat qui exige de la courtoisie et d’un minimum contrôle de soi. Aussi grave soit l’état du malade, l’ambulance leur permet un transport couché rapide vers l’hôpital le plus proche de son logement (ou du lieu d’accident, selon le cas).  Durant le trajet, le malade bénéficie des soins spécifiques et leurs états de santé sont veillés par les ambulanciers. Installé confortablement sur un brancard, les mesures de sécurité du malade sont prises aux sérieux. D’une part, la civière est bouclée par une ceinture de sécurité, et d’autre part, les ambulanciers veillent avec attention à tout obstacle pouvant engendrer le malaise de leur passager privilégié, si l’on peut le dire ainsi. Bref, le transport sanitaire en position couché est l’unique solution pour emmener les personnes qui ne peuvent plus se remettre debout vers un établissement de soins.

Comment s’y procurer du transport ?

Le transport de malade, quelle que soit sa position, est définie par la convention nationale qui lie toutes les entreprises avec l’assurance-maladie. Ainsi, il est primordial de consulter un médecin pour effectuer un diagnostic. Si ce dernier est assez autonome pour se déplacer, le médecin lui prescrira le transport assis via un véhicule sanitaire léger. Dans le cas inverse, le transport couché semble le plus adéquat. S’il  agit, par contre, d’une intervention d’urgence à l’issue d’un accident, la position couchée du blessé est obligatoire pendant le trajet menant vers l’hôpital.

 

Le rôle d’un avocat

Si vous avez besoin d’un conseil ou d’être défendu au cours d’un procès, l’avocat est le professionnel qu’il vous faut. Il représente et défend aussi bien les particuliers que les entreprises et les collectivités devant un tribunal. Pour exercer ce métier, l’avocat doit réunir un certain nombre de qualités et de compétences. 

 

shutterstock_25001392  Compétences d’un avocat

Avant de devenir avocat, l’intéressé  doit suivre une formation dans un centre de formation professionnelle pour avocat pour se préparer à la profession. La formation s’organise en trois modules, à savoir une formation théorique, un module consacré à un projet pédagogique et un stage de 6 mois dans un cabinet d’avocat. A l’issu de sa formation, l’élève-avocat passe le certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA) et s’inscrit au barreau de son choix. L’avocat est doté d’une grande capacité de travail et d’un esprit de synthèse. En outre, cet auxiliaire de justice possède une aisance rédactionnelle ainsi que la maîtrise des textes de lois, des règlements et de la jurisprudence. Un avocat se caractérise également par son talent d’orateur et son pouvoir de persuasion. Il faut savoir que l’avocat est tenu au secret professionnel.

 

Missions des avocats

D’abord, l’avocat est un auxiliaire de justice qui a pour rôle de représenter et de défendre, devant un tribunal, les personnes et les sociétés dans un procès. Il intervient aussi bien dans les affaires civiles, comme les divorces, les successions, que pénales (infractions). En matière de défense, l’avocat constitue le dossier du client et rédige les pièces nécessaires à la défense. Dans un procès pénal, l’avocat assiste les inculpés devant le juge d’instruction afin de s’assurer du respect de leurs droits ainsi qu’au cours de l’audition des témoins et des expertises. L’avocat joue également le rôle de conseil juridique. Il travaille surtout au sein des entreprises (multinationales, banques, assurances) pour régler les affaires juridiques courantes, commerciales et financières. Sa mission est d’éviter les risques de procès susceptibles de porter préjudice à l’entreprise. En cas de litige, l’avocat intervient en tant que médiateur pour concilier les parties en conflit.

 

Comment se débarrasser des rongeurs ?

Que ce soit dans les villes ou les campagnes, les rongeurs constituent les causes de nombreux dégâts matériels. Rats des champs ou rat d’égoûts, ils s’attaquent aux récoltes, aux différents éléments des bâtiments. Sols, murs, portes, câbles électriques, tuyaux… rien ne leur échappe. En plus, les rongeurs sont connus pour être porteurs de maladies notamment la peste. Mais comment faire pour éradiquer ces animaux nuisibles ?

 

shutterstock73746538-27

La dératisation

La lutte contre les rongeurs fait l’objet d’une réglementation stricte. En effet, les dispositions réglementaires imposent une obligation aux particuliers et aux collectivités de prendre des mesures préventives contre les rongeurs dès la constatation de leur présence.  La lutte se dirige vers les rongeurs nuisibles, à savoir les rats noirs, les rats d’égoûts et les souris.  Pour lutter contre les rongeurs, il existe plusieurs solutions. Mais la méthode dépend du résultat souhaité. Si on veut seulement se débarrasser ou éloigner les rats, il est conseillé d’utiliser des moyens préventifs, comme la pose d’une grille anti-rongeurs, et des moyens répulsifs. L’extermination des rongeurs nécessite, par contre, des techniques plus radicales. On peut alors faire appel à des produits rodonticides comme  la mort-au-rat ou des pièges visant leur capture et à leur mort.

Service des professionnels

Certaines méthodes de dératisation demandent quelques précautions. Le recours à un professionnel s’avère ainsi nécessaire. Le technicien hygiéniste ou le dératiseur possède les compétences requises pour les opérations de lutte contre les rongeurs. Il a notamment suivi une formation particulière. Les dératiseurs se déplacent dans tous les endroits où la présence des rongeurs est détectée. Ils interviennent aussi bien chez les particuliers, les professionnels que les collectivités. Les sociétés de dératisation incluent dans leurs prestations la désinsectisation et la désinfection. Le prix de leurs services varie selon la taille du bâtiment, de la fréquence d’intervention et du délai.

Louer de la vaisselle pour vos réceptions

Pour recevoir et servir vos convives lors du banquet organisé pour votre mariage ou toute autre réception à l’occasion d’un quelconque événement familial ou social, n’hésitez pas à faire appel à des professionnels pour vous fournir en équipement de réceptions tels que la vaisselle, les couverts, les verreries et tout autre ustensile destiné au service comme les chariots, les plats ou les chauffe-plats. Pour trouver ainsi un prestataire dans la location vaisselle, consultez les différents moyens de prospection tels que les pages jaunes mais également les moteurs de recherche. Votre entourage peut également vous servir de carnet d’adresse dans ce cas.

 

shutterstock_103992836-1385240433Quel style de vaisselle ?

Le style adopté pour la vaisselle dépendra généralement du thème de votre événement. En effet, pour un mariage harmonieux de votre réception, le décor, la vaisselle, la tenue des convives aura besoin d’être en accord. Une mise en information au préalable sera de ce fait requise. Quant à vos équipements, dès la connaissance du thème, commencez à chercher un fournisseur ayant des matériels répondant à vos attentes. Par exemple, si vous décidez d’adopter le style campagnard, votre vaisselle devra également être dans cette tendance. Généralement, en matière de vaisselle lorsqu’on parle de style, on fait surtout allusion aux différentes formes. Car, qu’importe le thème, l’utilisation des produits de première qualité comme la porcelaine est toujours recommandée.

 

Coût de location vaisselle

Le coût de location diffère d’un prestataire de service à un autre, mais également d’une région à une autre. Un tarif précis ne pourrait pas de ce fait être octroyé. Néanmoins, une fourchette de prix issus de différents professionnels dans le domaine de la location peut être indiquée. Par ailleurs, n’hésitez pas à demander un devis à plusieurs d’entre eux pour établir une comparaison. Cela vous permettra de connaître au préalable les différentes prestations d’une part, et facilitera votre choix d’autre part, suivant le budget en main. A titre indicatif, le prix de location dépend des lots loués, pour des assiettes, comptez entre 0.30 à 1 euros l’unité.

1/ Ce qu’il faut savoir sur les aliments bio

Quand on craint les résidus de pesticides dans les aliments, on a tout l’intérêt de choisir les produits biologiques. Cependant, ces produits sont disponibles, non seulement dans des boutiques d’alimentation, mais également dans les grandes et moyennes surfaces. Les produits sont proposés en vaste gamme chez les revendeurs. Les plats préparés ne sont pas en reste, le lait, les fruits et légumes, le pain ainsi que la viande, et volaille, bref tout ce qu’il faut pour une nourriture saine. Ces produits sont vendus en général de 20 à 30 % plus cher que leurs homologues ordinaires. Selon les sources d’information, ils sont de plus en plus consommés.

shutterstock_120973240-1380661426Que signifie « biologique » ?

Il est important de faire la différence entre les produits naturels ou du territoire et les produits biologiques. Ces derniers sont issus de l’agriculture biologique. Ils sont des denrées végétales ou animales soutirés grâce à un mode de production exempt de produits chimiques de synthèse et respectueux de l’environnement. Pour obtenir des produits biologiques, on ne peut pas utiliser des engrais chimiques comme les substances azotées, la potasse ou les phosphates. Par contre, on doit employer des engrais verts ou des amendements organiques et du composte. En effet, la fertilité du sol est améliorée et maintenue par la culture alternée de légumineuses, de plantes à enracinements profonds.

Les bienfaits apportés par les aliments biologiques

Lorsque l’on consomme des produits biologiques, le principal avantage est la réduction des risques pour la santé. Plusieurs produits chimiques utilisés en agricultures ont été approuvés sans évaluation nécessaire des effets à long terme. La nourriture biologique goûte délicieusement. Les aliments ont acquis tous les éléments nutritifs du sol à la vitesse qui leur est propre. La plupart des produits bio et locaux sont récoltés à la même journée que la récolte, ce qui implique qu’ils gardent encore leur fraîcheur.

Quel matériau pour la véranda ?

Sorte de pièce généralement vitrée contiguë à la maison, lieu de détente ou destiné à recevoir les convives, la véranda possède un rôle à la fois décoratif et utilitaire. Les modèles peuvent différer selon le choix de tout un chacun. Il en est de même pour les équipements à l’intérieur. Certains, y installent des outils de réception comme les chaises et les tables, d’autres, y adjoignent des matériels plus spécifiques comme le barbecue ou le hamac. La mise en place d’un coin vert est également possible. Quant aux matériaux destinés à la pose véranda shutterstock_60272332-1334779994, comme support des vitres, vous pouvez opter le bois ou encore l’alu PVC.

Quelle forme adopter ?

La forme de votre véranda dépendra tout d’abord de l’espace disponible. Une prise de mesure doit ainsi précéder une mise sur plan de la bâtisse accolée à la structure principale. Pour vous faciliter la tâche mais également, pour avoir une véranda qui répond aux normes de construction, confiez la réalisation des travaux préliminaires mais également la pose véranda à des professionnels. Experts, ils pourront accomplir vos projets et répondre à vos besoins. Par ailleurs, votre choix pourra se diriger vers une structure rectangulaire, en demi-cercle, ou encore en polygone. Ce choix par rapport à la forme repose également sur vos moyens financiers.

Le coût d’une véranda

Le coût d’une véranda varie selon les matériaux qui la composent mais également de sa surface. Il faut prendre en compte la nature du terrain, le type de vitrage à utiliser et les options accessoires telles que l’installation de store et de volet. A titre indicatif, le tarif d’une véranda se facturant au m², celui-ci oscille entre 1000 à 15000 euros, si vous optez de poser une véranda en aluminium et de 1500 à 2000 euros pour un modèle en bois. Si vous envisagez d’utiliser des matériaux plus robustes comme le fer forgé, comptez entre 2000 et 2500 euros le m².

Ce qu’il faut savoir sur la toiture

Le toit est un élément indispensable pour une maison, car il joue un rôle très important en étant son protecteur. Effectuer des travaux sur la toiture de la maison est une opération qui fait partie des chantiers les plus conséquents. Pour éviter les déperditions de chaleur, l’isolation thermique du toit et des combles est indispensable. Si les combles sont utilisés comme une pièce de vie, on peut réaliser l’isolation de la toiture par l’utilisation d’une isolation mince ou par l’isolation extérieure. La couverture du toit peut être réalisée à partir de différents matériaux, comme le zinc, l’ardoise, la tuile en terre cuite et bien d’autres types de matériels. Les possibilités sont multiples, mais il ne reste que nos goûts et nos besoins. Toutefois, ce choix est limité pour certaines structures de la toiture, dont la pente en est la raison.

shutterstock_65629576-1346788857Le principe de l’isolation extérieure d’une toiture

Tout d’abord, l’isolation d’une couverture par l’intérieur se pratique par un isolant se trouvant sous les chevrons de la charpente, plus précisément à l’intérieur des combles. Alors que l’isolation extérieure se fait en appliquant des plaques d’isolant sur les chevrons, sous le revêtement du toit. Cette technique permet le gain de place dans les combles et laisse la possibilité d’aménagement. L’isolation d’une couverture par l’extérieur est utilisée dans la construction ou la rénovation d’un habitat. Cette intervention peut se faire avec des panneaux de polystyrène extrudé ou des panneaux de laine de verre.

Qu’est-ce qu’une toiture en pente ?

En France, la toiture en pente est la plus classique lorsqu’il s’agit de couverture. Comme son nom l’indique, la structure de la toiture est construite en pente. Ce type de toit est composé de plusieurs éléments successifs, à savoir la charpente étant le squelette qui soutient les éléments de la toiture, la couverture formant le matériau qui protège le toit, l’isolation, le système d’évacuation d’eau, etc.